The Creative Van chez les Monténégrins - The Creative Van
Prendre la route ne s’improvise pas. On pourrait croire qu’il n’y a qu’à mettre la valise dans le coffre, penser à la bouteille d’eau à côté du siège conducteur, resserrer les sangles sur le toit, claquer la porte, fermer la maison, et rouler après avoir vérifié que le portail s’était bien fermé.
creative, van, vanlife, creativevan, trip, travel, portfolio, freelance, life, design, blog, graphic, motion, 3D, fourgon, aménagé, voyage, travel, #vanlife, création, studio, graphiste, thecreativevan, clara, flo, florian, identité, visuelle, logotype, agence, communication, studio
22803
post-template-default,single,single-post,postid-22803,single-format-standard,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.4,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

The Creative Van chez les Monténégrins

Nos articles sont écrits en français et en anglais. La version anglaise est en bas de page.

Our posts are both written in french and english. English version is below this article.

C’est au poste de douane, quand les voitures commencent à former une file, que l’on commence à comprendre que le Monténégro doit receler de ces petites pépites d’expériences que l’on recherche dans un voyage. Passeports tamponnés, c’est parti, lançons-nous à l’assaut des merveilles du Sud du Monténégro pour quelques jours.

Apprécier le décor somptueux des bouches de Kotor depuis Perast

En arrivant par la Croatie, on débouche rapidement sur la mer, à l’entrée des Bouches de Kotor, où la mer vient s’encaisser entre les hautes montagnes. Si on décide de longer l’eau, on arrive en face de l’embouchure, à Perast. On s’y arrête pour flâner le long de l’eau, dans un décor magique alors que les nuages chargés approchent.

Se perdre dans les ruelles de la vieille ville de Kotor peuplées de chats

Plus loin, c’est Kotor qui attend qu’on la visite, elle et ses mystères protégés par les murailles de la vieille ville. On entre par la grande porte et on se laisse happés par ses petites ruelles si mignonnes, envahis d’échoppes et de touristes. Même fin septembre, il semble ne plus y avoir de saisons. Au dixième magasin de souvenirs avec autant d’objets ornés de chats, nous comprenons enfin que Kotor est considéré comme la ville des chats, et c’est au détour d’un banc où sont affalés une dizaine de chats que l’on se retrouve au milieu d’une nuée de touristes attendris par ces petites boules de poils.

Monter au Mont Lovcen au coucher du soleil

Il trône au-dessus de Kotor et a souvent la tête dans les nuages. C’est après l’orage que l’on décide de se lancer à l’assaut du Mont Lovćen, qui au sommet accueille le mausolée du roi Petar Njegos. Attention, il s’agit d’être un pilote complètement étranger à la sensation de vertige lorsque l’on croise un bus dans ces lacets, si près du vide alors qu’il n’y a pas de barrières de sécurité du côté du vide. Mais autant dire que l’heure chaude au-dessus des nuages est étonnante et promet un spectacle exceptionnel avec une vue imprenable sur l’Adriatique – de quoi oublier les quelques sueurs froides de la montée. De toute façon… il va bien falloir redescendre !

Longer la route côtière pour rejoindre le Lac Skadar

Le long de l’Adriatique, les buildings sortent de terre. La vieille ville de Budva est encerclée d’infrastructures que l’on sent destinés à accueillir une vague de touristes venus chercher la chaleur des côtes du Monténégro et la beauté des plages entourés de hautes montagnes. Sveti Stefan, un petit îlot relié au continent par une digue reste mignon à admirer. De loin du moins, sinon il faudra être prêt à mettre la main au porte-monnaie pour séjourner sur l’île devenue un hôtel.

S’interroger dans les allées de yachts à Tivat

Dans le même esprit que Sveti Stefan, il y a Tivat. C’est la nouvelle née de la région. Là où la jet-set se réfugie. Au milieu des boutiques de luxe et des murs d’eau, on ne distingue plus ce qui pourrait exister derrière ces hauts appartements et les vitres teintés des yachts à plusieurs centaines de milliers d’euros. On dira que c’est original à voir – surtout symbole de comment le pays cherche à faire valoir une vitrine sur la baie de Kotor pour renforcer le tourisme et son poids dans l’économie.

Se faire une frayeur sur la route étroite de Virpazar à Rijeka Crnojevića avec vue sur le Lac Skadar

Alors, on quitte les plages et la mer qui perdent au fur et à mesure leur côté sauvage et leur charme pour rejoindre un endroit plus mystérieux. Le Lac Skadar est le plus grand des Balkans et fait office de frontière avec l’Albanie. Des marécages sous un ciel menaçant, impossible nous ne sommes plus en Europe, mais dans un décor digne des Everglades face à baie parsemées de pyramides rocheuses sortant de Terre. L’Europe sait nous surprendre par la diversité de ses paysages. Sous l’orage et au milieu des nuages, c’est par une route de montagne où mieux vaut ne croiser personne sur son chemin que nous avons rejoint Rijeka Crnojevića depuis Virpazar, aux sources du lac. Le village est paisible, loin des tumultes de la côte, mais sous des trombes d’eau il faut dire que l’on n’en attendait pas moins. Il est temps de sortir des nuages pour regagner l’une des artères du pays et le retraverser.

VISITING THE LANDS OF MONTENEGRO

At the custom office, when you start seeing all the car queueing to enter the country, you understand that Montenegro must have some kind of wonders to reveal. With a brand new stamp on our passports, here we are, now on the roads of the South of a small but amazing country.

Enjoying the marvelous landscapes of the Kotor Bay from the city of Perast

When arriving from Croatia, we arrive quickly on the shores of the Adriatic Sea, at the entrance of the Kotor Bay when the sea finds shelter in the shadow of these high mountains. If you drive along the water, you end up in the city of Perast, facing the mouth of the Kotor Bay. It is a great place to stop by, walking in the sun by the water in a magical landscape.

Getting lost in the small streets of Kotor filled with cats

Further on the road, you find Kotor, a medieval city surrounded by ancient walls, behind which are hidden a lot of mysteries. Enter through the gate of the old city and let yourself get caught in the small streets, filled up with lovely shops and tourists. By the tenth shop in which you’ll see decoration with cats, you’ll start paying attention finally to these small inhabitants, that have sometimes fallen asleep all together on a bench.

Going up the winding roads to Mount Lovćen at sunset

Above Kotor, the Mount Lovćen is most of the time hidden by the clouds. After a great storm, we decided it was high time we tried to see it and get to the top where the Mausoleum of Petar Njegos has been built. To reach it, better be a driver not afraid of height when you meet a bus in one of its hairpin bends, where there is no wall protecting you from falling. But the wonderful view above the sea by the time the sun fades behind the clouds makes you forget all the troubles you went through to get to here. Brace yourself though – there is still the road to go down, waiting for you.

Driving the coastal road to the Skadar lake

Along the Adriatic Sea, the buildings are mushrooming. The old town of Budva is now surrounded by facilities that are made to welcome the waves of tourists looking for high temperatures even in October and the beauty of these beaches behind which the mountains rise. Sveti Stefan, a small island linked to the continent by a bridge is still really cute to look upon from the coast. If you want to come closer, be ready to spend quite a little amount to be able to stay on the island that has been turned into a hotel.

Wondering about the future of it all among the yachts at Tivat

In the same spirit as in Sveti Stefan, you can wander around the city of Tivat. It is the new born area of the region. Where the jet-set has found shelter. In the middle of the luxury shops and the walls of water, we no longer witness the outside world through the tainted windows of the motor yachts. We’d say that it is something to have a look at – as a symbol of how the country is building a new front window on the Kotor Bay to reinforce the weight of tourism within the global economy.

Getting scared on the narrow road from Virpazar to Rijeka Crnojevića

So, it’s time to leave the beach and the sea that have lost part of their wild character. We are going to a more mysterious place. The Lake Skadar. It is the biggest lake of the Balkans and is a natural frontier with Albania. Swamps under a cloudy sky. It does not look like a European landscape, rather like the Everglades facing a strange bay from which rise rocky pyramids. Europe is full of surprises and a variety of landscapes. Under the storm and among the clouds, we are reaching Rijeka Crnojevića from Virpazar, on a road on which you’d better not come across anyone in the other direction. The villages are peaceful, far from the cities from the Adriatic coast, but while it was raining cats and dogs, we were not expecting more activity. Time for us to leave the clouds behind and reach again one of the biggest roads of the country to cross it the other way around.

Tags:
1 Comment
  • Jolies lueurs

    5 novembre 2018 at 21 h 20 min

    Décidément, le Monténégro est un petit pays plein de surprises… qui m’attire carrément ! Vos photos sont superbes !

Post a Comment